Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lycee

  • De la 2 à la A

    Entree-du-chateau-de-saint-germain-en-laye%20041.jpgCe matin, il faisait froid sur le parterre du chateau royal de saint germain en laye. En me retournant, mon regard tombait sur les pierres blanches et rouges du chateau où louis XIII avait grandi. Je visite petit à petit les chateaux d'ile de france, pour le plaisir de mettre mes pas dans ceux des rois de france et de leurs courtisans. Nostalgie d'études: j'ai écrit des mails pour reprendre mon master d'histoire moderne, pas de retour pour l'instant. Ce matin, pour une fois, j'ai profité de ma journée de congé.

    Et ca fait du bien. pas de réunion, pas de travail, j'ai pu prendre mon temps pour me lever, savourer mon livre (d'ailleurs bientôt fini), dans mon RER. Je n'ai pas beaucoup profiter du chateau de st germain, au bout de la ligne A. Trop rénové, trop détruit, et d'ailleurs pas de visite, c'est le musée des antiquités nationales. Donjon sous Louis VI, chateau vieux construit sous la renaissance, chateau neuf aujourd'hui détruit, siège de la cour royale dans les années 1660...je n'ai rien retrouvé de tout celà, merci à la révolution et à la restauration qui l'ont transformé en caserne (la révolution, terreur des étudiants en histoire moderne). j'y suis resté une demi heure, le temps de voir des antiquités gauloises, de découvrir qu'ils connaissaient la serrure et la cuillere! les autres salles étaient fermées (problème d'effectifs)

    Hier soir, le MJS m'a envoyé à une réunion "orga de jeunesse" sur la réforme du lycée, au siège du parti communiste, place du colonel fabien. j'ai eu du mal pour trouver l'entrée, mais j'étais tres fier et très heureux de pénetrer dans ce batiment...à l'intérieur, formes et mobilier futuriste des années 70, l'époque de la grandeur, où un autre modèle existait. Au 3ème étage, aile des jeunes communistes, nous avons discuté des actions à venir, et je me rendais compte, en sortant, que de grands mouvements sociaux étaient nés de ces réunions où l"on boit du café réchauffé au micro'ondes...

  • Eduquer: la société est-elle prête?

    L'école est un monde mythique. Parce que tout le monde connait des histoires de sarbacane, de cartouches d'encre, de surveillants débonnaires ou de professeurs étiquettés, parce que l'immense majorité de la population passe sur des bancs usés, s'est acharnée sur des dictées alambiquées et autres exercices géométriques biscornus, l'Ecole est un bien commun, un sujet politique majeur qui provoque des clivages transpartisans et passionnés. L'école et l'éducation en général est un service public qui produit de l'espoir, du rêve, mais aussi beaucoup de désespoir, de tristesse et de frustration, et à ce titre-là, un enjeu majeur pour la gauche, dans le monde entier.

    Finis les tableaux noirs, les maîtres sévères portant des habits sombres, finis les affluents appris par coeur et les images d'Epinal, l'école du XXIème siècle a beaucoup changé. Elle accueille tous les enfants, mais ne les fait pas tous réussir. Elle prépare à toutes les filières et à tous les diplômes, mais la probabilité d'intégrer telle ou telle école et telle ou telle filière relève d'un jeu où les dés sont pipés par un phénomène incontournable: la reproduction sociale.

    Un enseignant passe ses journées, sa vie, à lutter contre la reproduction sociale. De la maternelle à l'université. Parce que rester assis et écouter n'est pas inné. Parce qu'être poli s'apprend. Parce qu'écrire et lire est plus ou moins aisé, lié à des habitudes culturelles et à des environnements sociaux et familiaux, au nombre et à la nature des livres de la bibliotheque familiale pour faire court. La réussite éducative est le recoupement de multiples facteurs. Une écriture illisible c'est encore en 2009 une scolarité difficile voire une vie brisée? Etre timide, c'est encore en 2009 une sociabilisation difficile dans des cours dialogués qui se révèlent une torture quotidienne ou même des exposés terrifiants pour des enfants non-préparés. L'éducation française reste une éducation classique et humaniste de culture écrite valorisant la transmission de connaissances et de savoirs.

    Ce qu'elle devrait être? Une éducation citoyenne ET technique de culture ECRITE et ORALE valorisant l'acquisition de connaissances ET de compétences. Mais même à gauche, le consensus n'existe pas sur une telle alternative, et un autre clivage entre conservateurs et progressistes traverse tous les partis et toutes les tendances.

    Si éduquer consistait à lire de manière convaincante des manuels scolaires ou à barbouiller de rouge des copies de charmants bambins, cela se saurait. Si faire cours consister à raconter de charmantes histoires ou corriger des exercices, cela se saurait. Or, éduquer relève de l'apprentissage de savoir-faires, et de savoir-êtres implicites qui relèvent d'une adaptation des enfants à une civilisation (Non?)...le problème c'est que cette éducation est confrontée à des jeunes qui construisent leur identité, et ma foi, souvent en opposition avec un cadre educatif assez rigide. S'asseoir, se lever, se ranger, lever la main, répondre, ranger ses affaires, le petit collègien va exécuter une bonne dizaine d'ordres indiqués d'une manière qui va de la gentille injonction au commandement hurlé façon sergent-instructeur...La révolte est inévitable, et la révolte quotidienne conduit à l'échec d'élèves étiquettés comme perturbateurs.

    Eduquer, comme capacité à expliquer, faire comprendre, faire progresser...comme maitrise des processus d'apprentissages qui évidemment ne sont pas pris en compte dans la formation des enseignants. Rien n'est prévu pour passer d'un cours classique s'adressant collectivement à des élèves supposés issus du même niveau et de la même origine...à une pédagogie différenciée s'adressant à des élèves différents qui n'avancent pas au même rythme et éprouvent des difficultés différentes (expression écrite, orale, compréhension des consignes, précision et construction des réponses...). C'est bien gentil à dire tout cela, mais à mettre en oeuvre...faire travailler des élèves par groupe sur des exercices différents relevant de compétences transversales reviendrait à doubler le temps de travail et de concertation des professeurs qui deviendraient de véritables « techniciens pédagogiques » et non plus de simples spécialistes d'une discipline universitaire et enseignée. La société est-elle prête?

  • Education Nationale: En finir avec la discipline napoléonienne!

    prison.gifNous sommes en 2008, et depuis 200 ans, l'éducation nationale; en France, fonctionne sur la base d'une discipline militaire, forgée dans les lycées de Napoléon, où les élèves se réveillaient au son du clairon pour saluer le drapeau. Ces lycées ont forgé des générations d'élites éclairées, qui l'évoquent dans leurs ouvrages, tel Alfred de Musset dans "la confession d'un enfant du siècle". Ces lycées, avec leur censeur qui portait bien son nom, son proviseur innateignable, ses maitres d'études (magnifiés par "le petit chose" d'Alphonse Daudet) et ses professeurs (moqués par Pagnol dans ses "mémoires d'enfance") qui appartenaient à l'Université, étaient à l'époque une institution nationale. Au XXème siècle, ils perdent leur caractère pré-supérieur, au moins pour le statut des enseignants, et surtout leur caractère élitiste, avec la fusion des petites classes du lycées et des classes supérieures de l'école primaire dans les années 30 et 40.

    Nous sommes en 2008, et des grillages bordent les collèges et les lycées. Le CPE a remplacé le censeur, les assistants pédagogiques et les assistants d'éducation ont pris la relève des "pions" et des maitres d'études, tandis que les enseignants descendaient de leur chaire à la faveur de mai 68. Au delà de changements symboliques dans l'architecture des bâtiments, le nom des personnels et le fonctionnement de la classe, rien n'a changé: l'éducation nationale française reste élitiste, par ses filières hiérarchisées et ses pré-acquis socio-culturels dénoncés par Bourdieu, ainsi que par ses méthodes pédagogiques restées magistrales...en effet, le professeur d'histoire, par exemple, DOIT être un brillant orateur qui réveille les chevaliers des croisades, rappelle les manes des Rois de France, initie ses élèves aux mythes historiques et abreuve de connaissances ses attentives ouailles. Sauf que cette image d'Epinal ne résiste pas à l'épreuve d'une heure de classe. Les élèves d'aujourd'hui ne peuvent pas rester une heure, assis inconfortablement, à écouter des histoires.

    Alors cette école inadaptée aux rythmes des enfants et des adolescents, forgée par Napoléon, les vieux républicains de la IIIème république et les réformateurs de la libération, a compensé cette inadaptation par une chose unique en Europe, à part dans les collèges britanniques de l'époqué impériale et encore (relisez Bennett!): Un régime scolaro-carcéral! Les grillages, voire les barbelés qui entourent les établissements symbolisent bien l'ouverture de l'Ecole sur la société, notamment pour les parents. Les autorisations de sortie, les surveillants qui gèrent les "entrées", montrent bien l'engouement des élèves pour l'école, puisqu'on doit disposer des cameras autour des issues pour empêcher leur fuite.

    Parlons maintenant de la gestion de classe. Dans la majorité des pays européens, les enseignants font l'objet d'une formation également disciplinaire et pédagogique. On leur apprend à multiplier les supports pédagogiques, à favoriser le travail individuel, en autonomie, en groupe, les exposés, les débats etc. Les manuels scolaires allemands, par exemple, prévoient ces activités, au fil des pages. Que Nenni, en France, j'ai passé un concours favorisant la sélection des candidats sur des bases universitaires, appris par coeur l'activité consulaire des villes italiennes médiévales, réussi brillamment le CAPES...pour me retrouver 2 ans plus tard à "mal" enseigner des programmes scolaires que je n'ai pas étudié à la fac. "mais c'est à vous de vous former!" me diront les anti-enseignants (CH, spécial dédicace :-P), bien sûr et de la même manière les pilotes d'avion on va les former sur le tas, tout comme les conducteurs de TGV! "Ah non la y aurait des morts!" et ben dans l'éducation c'est pareil, je vous dis pas le taux de pertes...Donc j'enseigne des programmes que j'apprends petit à petit à maitriser, avec des méthodes apprises le mercredi matin à l'IUFM pendant mon stage...en quelques mois. Imaginez la tête des professeurs d'école pédagogiques allemandes quand je leur ai raconté ca...Donc pour résumer là où les enseignants formés appliquent des pédagogies innovantes en faisant travailler les élèves, nous on bricole, chacun dans son coin évidemment, c'est la fameuse "liberté pédagogique à la française"!

    Gestion de classe je disais. Les enseignants français (surtout débutants, j'avoue) passent leurs heures d'enseignement à relever des carnets, donner des punitions, exiger le silence, mettre des heures de colle, poser des contrôles surprises...Combien de temps perdu pour l'apprentissage des connaissances et des compétences??! Alors soit nous sommes face à des petits morveux qui finiront bien par comprendre leur intérêt, soit le système éducatif est débile, inadapté aux rythmes biologiques des enfants, les stratégies d'apprentissage sont ennuyeuses et favorisent la dissipation des enfants...je vous laisse deviner quelle est ma réponse. Bon sans parler de parents irresponsables qui laissent leurs gosses regarder la télé jusqu'à pas d'heure, ce qui ne favorise pas la concentration en classe. "ouais mais on fait comment alors??" me dira t'on. Oh je sais pas moi; on pourrait faire travailler les élèves en autonomie autour d'activités préparées? OK ca va être simple maintenant qu'on a démantelé les IUFM qui auraient pu apprendre aux enseignants à organiser ce type d'actions. On pourrait multiplier les supports pédagogiques; podcast, videoconférence, videoprojecteur, salle internet? Bien sur, avec des dotations financières qui donnent à mon petit collège une salle internet de 15 postes pour 700 élèves et 1 video-proj par étage? Quand les chefs d'établissements français visitent les écoles scandinaves, ils ont honte pour la France!

    "Oui, mais il leur faut de la discipline à ces élèves!" Bien sûr, continuons donc à passer nos cours à crier, employons des milliers de surveillants à bloquer les issues, détruisons des dizaines de milliers d'avenirs d'enfants turbulents...En Allemagne, il n'y a ni CPE ni surveillants, en Finlande les enseignants surveillent les intercours, en Italie, il y a plusieurs maitres par classe à l'école primaire (ou plutôt il y avait; la droite va changer ca il parait). La vie scolaire peut ressembler à autre chose! Les CPE, aujourd'hui, réalisent un travail remarquable à travers la gestion des activités péri-scolaires, la gestion des problèmes individuels et l'animation de l'engagement associatif ou culturel des élèves...ET ON SUPPRIME DES POSTES! Ce n'est pas un code scolaire, qu'il faut M. Darcos, c'est plus de CPE dans les établissements! Ce n'est pas des pions qu'il faut; c'est des assistants pédagogiques, destinés aux métiers d'éducation, qui permettent de multiplier les travaux de groupe!

    Certains militants de gauche, dans les réunions que je fréquente continuent à scander "plus de postes, plus de moyens"; tout comme certains syndicats enseignants. Ils font fausse route. Il faut révolutionner le système éducatif français, changer les méthodes pédagogiques, financer massivement l'équipement matériel des établissements, donner une autonomie démocratique aux établissements pour gérer leurs activités pédagogiques. Finie la classe béate devant l'estrade du prof, voici venu le temps des ateliers pédagogiques où l'enseignant guide des élèves en activité!

  • enseigner l'histoire géo en allemand: pistes pour ma première - section européenne

    europe.pngJ'en ai pas l'air comme ca (ou plutôt si diraient mes chers sixieme) mais je suis assez anxieux. Je n'ai pas l'impression d'être un bon prof. Je regrette de n'avoir pas de temps à consacrer à l'amélioration de mes pratiques pédagogiques. Trop de temps à militer, pas assez pour lire, chercher...Je suis anxieux mais aujourd'hui j'ai fait quelques recherches dont j'espere bien faire profiter mes collègues. Je travaille en section européenne allemand, j'enseigne l'histoire géo en première. Il y a un programme spécifique, à savoir la révolution industrielle, la seconde guerre mondiale, les régions d'europe et l'Europe des états.

    Quel matériel pédagogique? Quels films? Quels articles? Quelle technique? J'ai choisi d'éclairer certains aspects du programme avec des documents allemands et de privilégier le travail en autonomie et la pratique orale (facile à dire avec 30 élèves).

    Tout d'abord il existe des ouvrages pédagogiques des CRDP pour appréhender l'enseignement dans les sections européennes ou pour trouver des convergences entre la matière et la langue d'enseignement. Vous les trouverez ici http://catalogue.crdp.ac-versailles.fr/achat/produit_details.php?id=141. Les ouvrages incontournables pour nous sont évidemment les manuels d'histoire bilingues réalisés pour la terminale et la premiere qui coutent horriblement chers http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2008/06/09/manuel-d-histoire-franco-allemand-l-europe-et-le-monde-de-18.html

    Ensuite, il existe différents sites qui vous seront très utiles comme professeurs de section européenne à savoir www.EMILANGUES.FR qui est le site des sections européennes ou encore www.e-twinning.net qui est le site des jumelages d'établissement sur projet pédagogique. On trouve aussi le blog des enseignants e-twinning: http://blog.eun.org/etwinning/

    Ensuite, concernant le cours sur l'Europe des états j'ai trouvé le site de la version allemande du monde diplomatique avec des articles intéressants sur l'Europe dans le monde et ses principales mutations géopolitiques http://www.monde-diplomatique.de/pm/.dossier/europa. Sur l'Europe, je compte travailler sur l'Axe rhénan (mais comment), sur le rôle de l'Allemagne dans le monde et sur la place des lÄNDER dans l'Europe. Dans cette perspective, j'ai contacté les services communication des lÄNDER qui m'ont envoyé des documents très interessants...

    On peut aussi chercher des documents sons sur youtube, sur les stations radio en allemand et ainsi trouver un discours d'helmut kohl concernant l'ouverture du mur de BERLIN: http://www.mediaculture-online.de/Politische-oeffentliche-Reden.813+M55b972162ce.0.html, ou un film sur la journée nationale du 3 octobre http://www.paris.diplo.de/Vertretung/paris/de/01/3__oktober/uebersicht__3Oktober.html. J'ai trouvé un autre site très riche en allemand sur la construction européenne: http://www.ena.lu/

    Côté histoire, le meilleur site sur la seconde guerre mondiale est http://www.dhm.de/lemo/html/wk2/index.html, mais on trouve des pages plus précises sur l'occupation allemande en Pologne http://www.geocities.com/uv_centcom/ ou encore un site generaliste sur la seconde guerre mondiale avec une super médiatheque et notamment qqch sur l'architecture et les projets de Speer! http://www.zweiter-wk.de/news/medientipp/wehrmacht_vids.html J'adore les videos il faut juste que mon coloc m'explique comment les mettre sur clé USB...ou encore un excellent dossier de la fondation pour la formation politique http://www.bpb.de/themen/XNLHOF,0,0,Nationalsozialismus_und_Zweiter_Weltkrieg.html qui parle aussi des Vertreibungen sur lesquels je ne trouvais rien...ou de la nazification de l'état allemand (idem). Sur la révolution industrielle, on trouve un numero spécial de GEO allemagne http://www.geo.de/GEO/heftreihen/geo_epoche/56874.html?t=img, un site d'entraide pédagogique http://www.lehrerfreund.de/in/schule/1s/industrielle-revolution-unterrichtsmaterial/

     Une petite recherche sur la toile permet de trouver pas mal de choses. Bonne chance à mes collègues car moi je galère...Les sections européennes, c'est du bricolage (pas de manuel), du brouillard (pas de programme, pas d'accompagnements, pas ou peu d'interlocuteurs) et beaucoup de flou (que faire avec les élèves). C'est surtout un défi personnel immense.