Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

montpellier

  • géographie électorale, docimologie et nostalgie: que de mots compliqués!

    Montpellier comedie tramway1.jpgQue de sujets de réflexion aujourd'hui, qui me poussent enfin à reprendre mon clavier!

    - Connaissez-vous Alain Marleix? Ce gentil monsieur est à la fois secrétaire national de l'UMP aux élections et secrétaire d'état aux collectivités territoriales. Et vous allez rire, mais il est chargé de proposer une nouvelle carte électorale. Euh...oui oui le pro de la géographie électorale de l'UMP va bricoler les nouvelles circonscriptions. Vous vous dites c'est caricatural ils n'oseront pas c'est indécent et cynique on est quand même pas dans une république bananière, ils vont pas oser!

    Et si. 2/3 des circonscriptions supprimées sont à gauche, 2/3 des circonscriptions créées seront de droite. Rajoutez y les nouveaux députés des Francais de l'étranger qui sont tous des nantis et comme dit Martine AUBRY: "même avec 51% des voix la gauche ne pourra pas accéder au pouvoir". Vous remarquez que ce n'est pas la priorité des médias. La liberté de la presse, rempart de la démocratie? Mon oeil!

    - Connaissez-vous la docimologie? C'est la science de l'évaluation, comment noter, évaluer, savoir ce que l'on note, comment l'on note? J'adore. J'essaie petit à petit de tester des petits trucs...Je note depuis mes débuts des compétences telles que l'organisation ou l'argumentation d'un propos argumenté, et je ne suis pas très convaincu par l'évaluation de la présence de notions...en bref un paquet de copies tous mes amis adorent mais on est pas forcément à l'aise. Forcément injuste une correction. Parce que parfois je suis fatigué et une écriture un peu trop cursive va me rendre aussi tolérant et indulgent que Ivan le terrible ou mon ancien prof de médiévale...Parce que je suis très à cheval sur "reprends la question dans ta réponse" mais pas trop sur le style...Comme quoi tous les profs noteront différemment.

    Alors que faire? Des barêmes précis pour commencer. Décider de la part compétences/connaissances définitivement. En finir avec l'imbecillité de la note sur /20...et peut-être, comme le MJS posait la question dans son chantier éducation, réfléchir à la pertinence de l'évaluation par notes...l'effort, la progression, l'acquisition c'est pas mal aussi non?

    - Connaissez-vous Montpellier? Question plus facile hein! J'y étais hier pour manger les pates de Cédric, assister aux réunions de Merry, aux speechs de Michael, et retrouver mes boutiques préférées de la place de la préfecture (armand thiery et gibert jeunes pour ne point les citer). J'y ai vécu plus de 3 ans, perso. C'était la grande ville que je regardais avec envie comme tous les Biterrois ("sérieux, ils ont un tram eux!!"). C'est là où j'ai passé ma licence, ma maitrise et mon CAPES, certes...mais c'est surtout là que je me suis épanoui dans le militantisme le plus exigeant. J'ai cassé 3 valises en acheminant des centaines de milliers de tracts UNEF d'Antigone à la fac de lettres. J'ai sillonné les cités U pour les élections des conseils de résidence, et les sites universitaires pour les réunions de CAS. Je ne peux pas observer le café du théâtre, siège ancestral des réunions MJS, sur la place de la comédie, sans un petit pincement au coeur. C'est ma ville, comme Heilbronn, et un peu Paris, aussi. C'est une belle ville, la plus agréable à vivre. La colline du vieux Montpellier, les terrasses de la com', les rives du Lez...c'est un rêve!

  • Le CROUS de Montpellier nous revient!

    medium_Logo0.gifVive l'Unef! le premier syndicat étudiant de France a remporté hier, avec 2700 voix contre 2200 pour les corpos, 1000 pour l'Uni (la droite universitaire) et 1000 pour sud étudiant (extreme gauche), les éléctions des représentants étudiants au conseil d'administration du CROUS.

    C'est une intense joie pour moi, ancien responsable de l'Unef Montpellier (2003/2005), et surtout ancien vice-président étudiant du CROUS de Montpellier (2004-2006): après l'annulation des élections qui s'étaient déroulées pendant le mouvement anti-CPE, les projets que nous avions mis en oeuvre avaient été arretés et je suis content de les voir bientôt redémarrer: légitimement, le futur vice-président étudiant ne peut être que le premier de la liste arrivé en tête, Thibaud de l'Unef!

    Ce n'est pas les présidentielles! Les élus ne sont pas des exécutifs, ne sont pas des responsables, ils "participent" à la cogestion des oeuvres universitaires: les services de la vie étudiante sont en effet gérés par un organisme, le CROUS, avec un conseil d'administration composé de représentants de l'état, des usagers et des employés.

    Cet engagement d'élu étudiant au service d'un organisme public a été pour moi le plus épanouissant de ma courte vie (j'ai été élu à 20 ans hèhè): des réunions aux inaugurations en passant par les visites sur le terrain et les nuits passées à bosser sur des propositions concrètes...jai eu l'impression, en discutant du budget, en négociant à Paris des points d'un contrat quadriennal, en voyant des propositions, des idées, devenir réalités sous mes yeux, comme l'ouverture des cafets de cité U le soir ou la construction de foyers, l'édition de compte-rendus de mandat des élus en conseil de résidence ou la baisse du prix des produits frais dans les restos U...que OUI on pouvait agir, être utile, avoir une influence sur son environnement!

    Evidemment; la fin du mandat en avril 2006 a été affreuse, même si je passais le CAPES en même temps. La médaille d'or des oeuvres universitaires reste pour moi le souvenir d'une expérience heureuse, où j'ai pu réaliser ma vision d'un service public efficace et ambitieux, qui répond avant tout aux besoins, et non pas forcément seulement aux attentes de ses usagers. pas toujours en accord avec les représentants syndicaux et l'administration, d'ailleurs.

    Les défis qui attendent mes successeurs sont immenses: le CROUS gère le logement, la restauration, la culture et l'aide sociale étudiante. Le CROUS est un des acteurs publics principaux dans une grande ville telle que Montpellier où la moitié des activités sont liées à la matière grise et où un quart des habitants sont étudiants. car aujourd'hui l'accès à l'enseignement supérieur, en 2007, n'est pas aussi facile pour tout le monde qu'on voudrait le croire. La distance entre la ville natale et la ville universitaire, le coût des transports et du logement dans la région peut remettre en cause ce beau droit à l'éducation. mais les élus Unef ont un bilan, les élus Unef ont un programme à la fois ancré dans le réel et des améliorations concrètes de la vie des étudiants, et à la fois global et ambitieux comme celui d'une organisation nationale et centenaire.

    Bonne chance aux futurs élus, je suis avec eux, à leur disposition!

    une petite note sur "comment  faire voter les facs" Commission_sociale.doc (que j'ai présenté à l'ensemble des vice-présidents CEVU des universités du Languedoc Roussillon en septembre 2005) et une autre élaborée pour le bureau national de l'Unef, aussi en septembre 2005: Groupe_de_travail_Democratie_universitaire_et_Vie_etudiante.doc