Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

onu

  • Biodiversité: Nagoya, thon et maki

     Biodiversite-maquette.png« La nature a désormais un prix » a déclaré l'économiste indien Pavan Sukdev qui présentait son rapport à la conférence mondiale sur la diversité biologique qui se réunit cette semaine à Nagoya au Japon. La disparition d'espèces naturelles, végétales ou animales, a un coût, qui équivaudra à 14 000 milliards d'euros par an en 2050. Cet expert du Programme des Nations Unies pour l'environnement a appellé les Etats et les entreprises à prendre leurs responsabilités et appellé à un vrai travail de développement du capital naturel et de la sécurité écologique de la planète. Cette conférence doit définir une stratégie pour la biodiversité sur les 10 prochaines années. 2010, année de la biodiversité pour l'assemblée générale de l'ONU mais pourquoi? Parce que le taux d'extinction des espèces naturelles, s'est accéléré, parce que 52% des médicaments sont composés de molécules naturelles (et donc potentiellement menacées), et surtout, parce que l'activité humaine (réchauffement climatique, artificialisation du sol) est à l'origine de cette accélération.

    En effet, Sukdev a expliqué aux 193 pays présents que le rôle de la pollinisation des abeilles (évalué à 150 milliards d'euros), le captage des gazs à effet de serre par la fôret, la raréfaction des poissons avait un coût économique. Il a aussi expliqué que la rareté des ressources biologiques toucherait en premier lieu les ménages les plus modestes. En effet, la population rurale longtemps majoritaire à l'échelle mondiale est plus touchée par la pauvreté dans les pays du sud et accentue d'autant sa pression sur les ressources naturelles et sur la diversité biologique. L'agriculture sur brûlis fait disparaître l'habitat de nombreuses espèces, les ¾ des espèces pêchées sont surexploitées, tandis que la chasse aux arbres commerciaux pour le compte du Nord fait rage dans les pays du sud.

    Le rapporteur a appellé les états à intérioriser le coût de la biodiversité dans les politiques publiques et a alerté l'opinion mondiale sur le rapprochement d'un point de non-retour biologique qu'il fixait à un horizon de 10 ans. Quelles solutions pour cette situation? Evidemment, des règles mondiales contre le capitalisme avide et destructeur, pour protéger l'environnement, mais aussi un changement radical de nos modes de consommation. Comment agir concrètement? En favorisant l'agriculture biologique, le retour de légumes oubliés (par exemple à travers les menus des cantines scolaires), ou encore privilégier les achats de bois certifiés. Pour autant, au delà d'actes individuels c'est le modèle de développement actuel des pays développés qu'il faut remettre en cause pour sauvegarder la bio-diversité.