Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique critique

  • la vie rêvée d'un militant (2ème partie)

    medium_segolene-royal-0005.jpgdeux jours de campagne sur le terrain, des meetings aux marchés en passant par les rues désertes du soir où l'on autocolle, ca permet d'y voir plus clair...sur la campagne, sur les gens, sur ce qu'ils pensent, sur ce qu'il faut faire.

    Commencons par les constats: la campagne intéresse. mais lasse en meme temps car elle est longue. lasse les gens. lasse les militants, notamment socialistes, qui sont sur le terrain depuis le 17 novembre.

    des candidats ressortent. à Béziers depuis deux jours, c'est Le PEN, Sarkozy, bové, Bayrou et Royal. Personne d'autre! Ce scrutin est très resserré! Oui il y a des indécis mais beaucoup de gens ont déjà fait leur choix. certains électorats sont volatiles: les Bayroutistes sont surtout des gens qui veulent être convaincus. les Bovéistes sont tentés par le vote utile. Les lepenistes et les sarkozystes ne changeront pas d'avis.

    Mais deux journées en campagne ca ressemble à quoi?

    C'est d'abord le marché du vendredi à Béziers, distribution de tracts, on prend le pouls de l'opinion, on croise les autres tracteurs (UMP, Bové), on se fait insulter, féliciter, peu de gens sont indifférents. On discute avec les gens, on voit ce qui les préoccupe. pas vraiment les thèmes de la campagne mais surtout l'envie ou non de croire que la politique peut encore changer la vie. c'est ça le vrai thème de la campagne.

    Ensuite c'est l'après midi, à Lézignan Corbieres, avec le MJS Béziers, pour aller voir Ségolène. "aller voir ségolène" c'est déjà révélateur. Celà faisait longtemps que l'on ne voyait pas un tel engouement. Pour une candidate. Parfois ca frise le people. Mais c'est aussi parce que Ségolène nous fait croire à la victoire. Va au delà des postures traditionnelles de la gauche. J'aime ses discours sur l'état exemplaire, sur la responsabilisation des citoyens. C'est ainsi que nous gagnerons.

    Ce que les gens pensent, ce qu'il faut faire...comme je le répète inlassablement; il faut parler des outils de l'état qu'il faut réparer ou créer pour pouvoir changer la vie. On n'a pas voulu parler d'impot et c'est dommage. Alors il faudra parler de là où il faut économiser pour mieux dépenser. de là où est l'argent. de là où il faut mettre ou ne pas mettre d'argent: les subventions aux entreprises qui jouent ou qui ne jouent pas le jeu. le revenu de solidarité active pour que travailler, ca vaille le coup plus que le RMI.

    Mais aussi faire campagne et convaincre les gens un par un! porte à porte dans les cités U! Plus de dialogue dans les tractages! Jouer sur nos amis pour les derniers jours! être à fond, pour pouvoir réaliser nos projets.

    Fatigués, mais convaincus que c'est nous seuls qui pourront réussir le changement, il faut se battre jour après jour jusqu'au bout...et je dis bonne chance à mes camarades MJS de partout en France, pour porter cette gauche responsable, et ambitieuse, cette alternative au tout libéral, au deuxième tour. Jouons, misons tout, sur notre passion, sur notre volonté de convaincre que nos choix, que notre projet de société est le meilleur pour lutter contre les inégalités et les injustices, pour aller vers une France, vers une Europe, vers un Monde plus juste et plus durable :-)

  • mais qui est donc le sortant dans cette élection?

    medium_bernadette.jpgje suis perplexe: je suis pas très vieux mais c'est la première élection que je vois où il n'y a pas de sortant. tous les candidats veulent incarner la rupture ou le changement; il est donc clair que la France a du être gouvernée par une puissance étrangère de 2002 à 2007.

    Comment un gouvernement français aurait pu, il est vrai, supprimer une police de proximité qui faisait ses preuves, creuser la tombe de l'impôt sur les successions en dérégulant les donations du vivant, supprimer la loi royer sur la non-extension des supermarchés contre des promesses non tenues, faire éclater une émeute dans les banlieues françaises, faire dénoncer des enfants trop actifs par leurs maitresses d'école?

    Vous avez raison, chers lecteurs, les Français ont dû rever. Il ne s'est rien passé pendant 5 ans. Les gouvernements Raffarin et de Villepin n'ont jamais existé. Ils n'ont pas repoussé l'âge de la retraite, déremboursé des centaines de médicaments, supprimé les TPE en terminale et la compensation entre les semestres à l'Université, mis 3 millions de français dans la rue contre l'institutionnalisation de la précarité! Non! ce n'est qu'un mirage!

    Le candidat Sarkozy d'ailleurs est le vrai candidat de la rupture. son programme est cohérent, réaliste, ambitieux. il contient d'ailleurs 20 propositions du front national. Le candidat Sarkozy est un candidat anti système, la preuve il utilise les moyens du gouvernement depuis au moins six mois pour la campagne. Vous avez envie de voir agir sarkozy, votez pour lui! il fera tout ce qu'il n'a sans doute pas eu le temps de faire pendant les 4 ans où il était le numero 2 du gouvernement. Comme maire de Neuilly, il est proche des gens qui souffrent. Comme défenseur des libertés individuelles, c'est lui qui menace la direction de france 3 d'être virée si elle ne se met pas illico presto à ses pieds.

    Tous les déficits sociaux, commerciaux, du chômage, de la balance extérieure, de la sécu, explosent? c'est la faute à la gauche! La croissance est là, partout en Europe, sauf la France n'en profite pas? c'est la faute à la gauche! le problème c'est que de 1997 à 2002 la France était le meilleur élève de l'Europe pour le chômage et les déficits sociaux. la sécu en excédent...on parlait même, ô époque heureuse, d'un excédent dans le budget, d'une "cagnotte"!

    mais alors je ne comprends pas. depuis 5 ans Monsieur Sarkozy est président du parti majoritaire, ministre de l'intérieur ou de l'économie, numero 2 du gouvernement. Il est comptable de ces 5 années que nous avons vécu. de ces contrôles d'identité et de cette police musclée dans les quartiers. De ces riches toujours plus riches dont on protège patrimoine et fortune. De ces gens qui souffrent et qu'on enfonce dans la misère: radiation du chômage, contrats précaires, licenciements boursiers.

    La France souffre depuis 5 ans, vous souffrez depuis 5 ans. Il est temps de se tourner vers une autre politique. Vers un parti qui en 1936, en 1981 et en 1997 n'a pas décu les Français. le 22 avril, le choix, c'est tout, notamment le pire, qui devient possible avec nicolas sarkozy, ou qui devient impossible avec francois Bayrou, ou alors l'aventure aventureuse des extrèmes, ou enfin le changement, le vrai, de gauche, issu du projet socialiste, avec Ségolène Royal!