Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

presidentielle

  • sarkozy, assume ton bilan!

    après un super meeting à Capendu dans l'Aude avec Francois Hollande qui nous a bien motivé: les médias s'acharnent sur ségolene, à nous de remettre le curseur sur la réalité des propositions du candidat sarkozy: qu'il dise aux francais qu'il veut aligner la politique étrangère francaise sur celle des EU, qu'il dise aux francais qu'il veut moins d'état et moins de solidarité, qu'il dise aux francais qu'il ne veut plus de la laicité qui marque la république francaise depuis 100 ans! qu'il dise aux francais qu'il veut que les riches gagnent toujours plus!

    qu'il dise aux francais comment il veut financer un projet aussi cher que celui du PS avec moins d'impots!

    quand au candidat bayrou, fini le numéro d'équilibriste! comment peut on prétendre être au centre quand on penche toujours à droite dans ses alliances. et comment le pen peut prétendre ne plus être raciste dans les médias et chanter algérie française dans les meetings?

    et nous demanderons au ministre sarkozy d'assumer le bilan de son gouvernement! les chiffres de la délinquance en hausse, les morts de clichy sous bois, les émeutes, la France paralysée pendant trois mois; les impots des riches honteusement baissé, les crédits de l'éducation en berne, les déficits de la sécurité sociale, du commerce extérieur en hausse vertigineuse!

    les sortants, c'est eux! Alors sortons des histoires de tailleur et de pantalon, des patrimoines et des chiffrages, parlons projet de société!


    Cgoal dance
    Audio
    Envoyé par contumax sur wat.tv
  • assez désespéré pour voter SARKOZY?

    medium_CIMG0450.2.jpgil y a un quart d'heure j'ai pensé pouvoir voter sarkozy. furtivement. je venais de lire les journaux, la démission de besson, les sondages pour bayrou, les discours de sarkozy. quelques pensées fugaces à la mondialisation qui nous encercle. aux inégalités qui comme disent mes élèves existent et existeront toujours parce qu'elles ont toujours existé. l'impression que la droite avait déjà gagné, que je ne pouvais rien faire, comme un cauchemar. à me demander pourquoi je ne fermais pas ma gueule et dormais, sortais en boite etc.

    Ces pensées venaient après une journée de militantisme, de bricolage d'affiches, de tractage et d'envoi de communiqués de presse, de rappels, de rendez-vous et de préparation d'autres actions. laborieuses, stressantes, énervantes (désolé adrien d'être aussi chiant).

    et j'ai eu envie de me laisser aller. de me laisser emporter par la vague. de tout laisser tomber, d'écouter les sirènes de nicolas sarkozy, de vouloir croire qu'il fallait accepter le monde et suivre le mouvement. j'ai senti le poids des articles de journaux sur la campagne. des fameuses "bourdes" aux sonnements de trompette de la droite. des sondages contre le clivage droite gauche.

    J'ai vécu comme un silence après le bourdonnement médiatique et militant que je vis à tous les instants.

    et puis je me suis souvenu. qu'au delà de l'actualité il y avait cette histoire de l'humanité. de la construction de la démocratie. des inventions du XVème siècle, des grandes découvertes, de l'apparition de l'industrie et de la transformation de l'Homme et de la société qui s'est opérée en conséquence au XIXème. des charniers du XX. de la chute du mur. des deux tours.

    pour en finir avec ce petit pays, la France, à ces petites élections dans un monde globalisé et marqué par l'intégration régionale.

    pour remarquer que si petites qu'elles étaient, elles représentaient tout celà. pas qu'il y ait un méchant sarkozy et une gentille royal. pas si simplement. meme si des deux côtés il y a deux histoires différentes. d'un côté Guizot "enrichissez vous par l'épargne", de l'autre côté le cri de la misère ou plutôt de la "précarité" qui l'a remplacé au XXIème siècle, relayé par des gens qui depuis 200 ans, la naissance du syndicalisme, du travaillisme, ont choisi de transformer la société suivant un projet, des valeurs humanistes.

    et je ne suivrais pas ce mouvement si facile qui m'entrainerait à ne plus croire en rien et à choisir ce qui brille, ce qui est flatté, ce qui  est montré du doigt et présenté comme la modernité et l'avenir. à dénigrer ce qui est raillé moqué présenté comme incapable et dérisoire.

    NON NON et NON nous avons le choix. le monde dans lequel vous évoluez, vous pouvez (encore) le changer. parce que c'est urgent et parce qu'il n'est jamais trop tard. parce que le mot "acteur" a un sens.

    et parce que je ne suis pas seul et que partout en France aujourd'hui des gens faisaient pareil que moi je peux continuer à espérer. continuer, comme prométhée, à "porter" mes valeurs au sens presque littéral du terme. parce que ma candidate n'est pas parfaite, mais parce que ségolène est aujourd'hui le maillon de cette chaine mondiale, multiséculaire, sans espace-temps, du combat de la lumière, des instincts généreux de l'Homme, contre les plus primaires, les plus égoistes, les plus impératifs et naturels.

    et ce combat vaut la peine d'être mené.