Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

révolution

  • Enseignement, démocratie et révolution

    voeux,education,revolution,sarkozy,hollande Les voeux de notre président sortant au monde de l'éducation dans le cadre désuet du futuroscope ont permis, selon 'l'express' de dresser le portrait idéal de l'enseignant, si la droite parvenait à se cramponner au pouvoir. Au-dela de facilités démagogiques sur le travail des enseignants qui me rappellent une chanson des 'fatals picards', la technicité gestionnaire des propositions du pré-candidat Sarkozy me décoit: des profs plus présents, mieux payés, moins nombreux...Une approche quantitative qui ne résoud rien. A la gauche, à Francois Hollande de proposer une révolution éducative qui, de la gestion du temps éducatif par les intercommunalités à la réforme profonde de la formation enseignante, donnera à mes 900 000 collègues et à moi-même les moyens pour exercer mon métier correctement!

    En lisant 'La révolution francaise' de Furet/Richet, dans le tgv Paris/Béziers, je m'étonne de reconnaitre dans le débat de 1791 sur les citoyens actifs et la nature de la démocratie ce qui doit être selon moi un enjeu de ces présidentielles: la république exemplaire (Eva Joly), la république irréprochable (21 propositions du Mjs): répondre au dégout des citoyens; à l'abstention, au vote Fn, ce doit aussi être changer la politique et la vie politique, à travers le mandat unique et le droit de pétition notamment. Pour Francois Hollande, mon candidat; ce serait aussi faire confiance aux militants plus qu'aux medias pour faire campagne.

    La révolution me passionne, mais c'est surtout un défi pédagogique: en 8 heures, il faut saisir l'essentiel de ce changement brutal dans la société et les institutions, mettre en lumière des jours, des hommes et des lieux décisifs qui font sens. Et tout celà gaiement et mystérieusement car les 4eme ne sont pas patients de nature.

  • des souffre-douleurs et des chouchous!

    Il parait que j'ai des chouchous et que je suis injuste. aujourd'hui c'était pleurs cris et reglements de compte en troisième. crise mais vraiment. avec une classe qui n'accepte pas le remplacant que je suis et qui m'a pris en grippe. après avoir pris quelques carnets je discute et on essaie de repartir sur de bonnes bases. en vain. ca fait mal. mauvais cours, mauvaise journée. travailler dans un tel climat est déprimant.

    alors pour me venger...je me suis déchiré pour faire une séance de fous avec objectifs, travail de groupe, reprise mise en cours pour ma classe préférée de 4ème. pour me rappeller pourquoi je suis là et pourquoi enseigner doit être une passion et pas un simple métier.

    en ligne: les trois polycopiés de questions la repression des révoltes fédéralistes et vendéennes.doc la révolution française, une révolution culturelle!.doc la création du tribunal révolutionnaire.doc et ma reprise La terreur.doc ...j'y ai passé deux heures et demi!

    Donc on va essayer de faire qqch de bien, de progressif, de contextualisé sur la terreur (1793/1794), partie de "la révolution et l'empire" que j'adore, avec ces chers 4ème qui me remontent le moral à chaque fois! MERCI!

  • donner un sens à la révolution française, défi ou utopie?

    medium_bastille.jpgc'est 18h30, à 21h30 je fais un collage donc jusqu'à là, je dois réfléchir à comment est-ce que je vais faire rentrer mes élèves dans la révolution française...parce que là je les ai laché en rase campagne en les embrouillant avec les lumières et la guerre d'indépendance...et comme dit L.: "quel rapport avec la choucroute, Monsieur?"

    Commencons par les états généraux. avec le film d'enrico, pour le petit aspect ludique. ce que j'aimerais expliquer, c'est pourquoi ca n'a pas marché. pourquoi les attentes du peuple d'un côté, des députés ensuite, du roi enfin, étaient différentes...et inconciliables. expliquer pourquoi le roi n'a pas réagi. pourquoi, au delà du caractère de Louis XVI; de son indécision, il a laissé les députés du tiers état se réunir avec les autres...sans les charger. comprendre qu'au delà d'être roi il était pere et que son fils agonisait. comprendre les influences en arrière plan, sa femme, son frère...

    tous ces courants fluctuants qui amènent à la prise de la bastille. comment parler de moment historique alors que pour moi il ne s'est rien passé. c'est une des journées d'émeute qui soulèvent Paris, une des plus violentes, mais pas une des plus meutrières. sans doute une des plus symboliques. mais pour moi le 14 juillet reste un choix arbitraire, le choix de l'arbitraire, cette prison, celle des lettres de cachet, et pas une autre! j'aurais préféré Valmy. c'est mon choix! ifaudrait expliquer le climat d'émeute à Paris, le pain cher, la soudure, les mauvaises récoltes, les rumeurs qui circulent sur l'arrivée des soldats étrangers...et camille desmoulins, le begue fougueux qui pour une fois dans sa vie ne begaie pas et change l'histoire.

    ca aussi j'aimerais le faire passer. la révolution comme volcan, des hommes déchainés, des individus et des groupes qui font et défont l'histoire dans la violence et l'hystérie!

    Enfin, qu'est ce qui se passe pendant l'été 1789? j'aimerais leur faire entendre ce bruit sourd qu'on entendit partout en France, en ville comme à la campagne, leur faire imaginer ces rumeurs qui circulent sur l'assemblée, sur la bastille prise, sur les méchants conseillers du roi, sur les premiers immigrés. j'aimerais leur faire voir les rassemblements devant les boulangeries où l'on s'échauffe! où l'on prend les armes! les fameuses révoltes sans but ni objet de l'ancien régime. et 1789 c'est à la fois les dernièeres révoltes et la première Révolution!

    alors voilà l'été 1789. voila ces paysans effrayés qui prennent les armes et vont de village en village, poursuivant des brigands évoqués ici et là...et puis tournant leurs armes vers les chatelains pour brûler les terriers, les documents de priorité, avec une fureur d'égalité.

    Comment expliquer celà sans expliquer qu'au XVIIIème il y a une réaction nobiliaire? où s'arrêter dans l'exposé des causes? dans la chaine de l'histoire?

    et on arrive à l'assemblée, à l'abolition des privilèges, à l'euphorie puis à la sagesse du rachat des droits des privilégiés, la gueule de bois exposée dans le film...on arrive à ces élites qui voulaient réformer la France à l'anglaise, à cette révolution qui pouvait s'arrêter mais qui a continué. et pourquoi, et bien je ne saurais l'expliquer. pourquoi on ne s'est pas arreté? peut-être que les privilégiés n'ont pas joué le jeu, que la constitution civile du clergé a coupé la France en deux, que les extrémistes parisiens ont pris de l'assurance, que le roi a perdu la confiance de ses sujets après son caractère sacré. beaucoup d'interrogations...

    et parti comme c'est, ca va être magistral!

  • j'aurais pu...

    medium_images.jpgj'aurais pu parler de la campagne de ma candidate préférée après avoir passé la journée à tracter au marché, le matin puis l'après midi. mais je suis satisfait d'avoir entendu un petit tiers des gens indifférents, un petit tiers des gens dire ah caca je touche pas et un autre bon, gros, tiers, avoir dit: "merci", "je suis deja convaincu", "justement j'en parlais", "ca m'interesse"!

    Car Ségolène, c'est beaucoup de caricatures, mais c'est surtout un espoir, après 5 ans de droite dure, une image, neuve, et une autre manière de faire de la politique. voir Jospin, Fabius, Strauss Kahn et Aubry autour d'elle m'a comblé d'aise: la famille socialiste se rassemble, et ensemble, nous pouvons gagner!

    mais aujourd'hui c'est vendredi et après-demain c'est la rentrée...alors plusieurs questions se posent:

    - comment vont mes élèves que je n'ai pas vu depuis un mois? (après avoir vu les larves allemandes je suis anxieux)

    - Comment traiter la révolution française que je commence lundi? Comment ne pas être évenementiel? Comment ne pas leur refaire le cours de la quatrième? Comment profiter de cette grande période pour leur faire revivre ce moment où tous les Francais (mais pas les Françaises) ont pu incarner la nation? le 14 juillet 1789, la droite et la gauche sont ensemble au pied de la bastille. Aujourd'hui encore les références à la RF fusent, appropriées par tous les candidats, à part le Pen, vieux pote de l'abbé Barruel.

    Je préfère enseigner la géographie que l'histoire mais là...c'est la révolution! Je suis moderniste, j'aime la France classique!

    Comment leur faire revivre l'horreur des journées révolutionnaires? Les cris, la chaleur de la foule aux mouvements spontanés et si meutriers? Le silence de la place de la concorde quand les têtes roulent. L'impression des députés, aux états généraux puis à la convention, de faire l'histoire?

    Comment rendre, fidèlement, toutes ces belles impressions qui se mêlent dans la tête?

    J'ai décidé de traiter des grandes idées. D'abord par la métaphore et le titre de mes chapitres: La poudre (1689/1789), l'étincelle (1789), le feu et la fumée (1789/1799), les cendres (1799/1851). ensuite, pour ma partie préférée, le troisième chapitre, j'aimerais traiter d'abord l'idée d'une nouvelle France, ensuite l'idée d'une naissance de la vie politique française et enfin l'idée d'une France tourmentée, de la patrie en danger à la terreur jacobine.

    Il n'y aura pas de causes dans mon cours! Il n'y aura que des contextes, des circonstances et des évenements qui ne sont que des actions de groupes et d'individus. Il y a évidemment des meneurs et des grandes figures. Mais il y aura toujours de la place pour les oubliés. Je ne peux, je n'ai pas le droit, de faire l'histoire des femmes, mais je ne me prive pas de rappeller en classe que l'histoire enseignée n'est que la moitié de l'histoire. Que ce que je dis n'est qu'une représentation de ce qui s'est passé, une écume, un choix.

    Mais j'essairais de faire ce choix si beau, si vibrant et si vivant qu'il en restera qqch!