Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rentrée

  • Une rentrée banale?

    rentree_soclaire_07.jpgMa rentrée est banale. Je ne suis plus un remplacant baladé de poste en poste, énorme privilège, en région parisienne, avec deux ans d'ancienneté. Ma rentrée s'est déroulée en deux temps: syndicale d'abord avec la réunion des permanents académiques, mercredi apres-midi, où j'ai pu mesurer l'abime des connaissances qui me manquaient sur le monde éducatif, et scolaire évidemment, c'est évidemment la plus interessante.

    Si vous me connaissez un peu, vous vous demandez sans doute ce que j'ai pu encore faire comme bêtise pour cette rentrée...je suis arrivé pile à l'heure au collège après m'être perdu en sortant du RER (la tête ailleurs bizarrement). J'ai bêtement suivi les élèves qui passaient pour retrouver le chemin du collège. J'ai passé la grille, retrouvé ce brouhaha familier, regardé de côté ce petit sixieme que sa maman cherchait à convaincre de passer la grille. Bizarrement, ca m'a donné du courage...

    Je suis entré dans la cour de recréation, j'ai suivi les marques au sol qui rappellent l'aéroport pour retrouver la 6ème 1 avec laquelle je commencais le cours...quand une transformation physique s'est opérée! Mon dos rond s'est redréssé, j'ai retrouvé ce regard sévère qui permet de faire reculer des élèves de 1m50 derrière une ligne, et de faire comprendre à ceux qui bavardent ou rient qu'il est temps de se mettre en rang...

    A alors commencé la remontée fantastique, dans les couloirs, des flots d'élèves se dirigeant en meme temps vers leur classe. Je me suis évidemment trompé d'escalier. Arrivé devant ma salle, que j'ai essayé d'ouvrir, je n'ai pas été étonné de voir que la clé qui m'avait été donnée ne marchait pas. C'est le contraire qui m'aurait étonné. Une femme de ménage m'a ouvert, et le rituel des entrées en classe où s'établit le premier rapport de force, lors de l'appel, a commencé...trois fois, avec 3 sixiemes différents. Le bilan est bon: que des sourires en sortant, même du seul que j'ai déplacé...

    Qu'est ce que je leur ai dit? Au delà des remarques générales sur la vie et le travail de classe, de la décoration des cahiers, je me suis lancé dans une petite discussion à batons rompus avec ces élèves...je leur ai demandé à quoi servait l'histoire geo...leur ai demandé si franchement ca servait à qqch de connaître le passé. ai recueilli le même type de réponses sur pour pas faire les memes erreurs, pour connaître les pays...j'ai remarqué avec eux qu'au delà du tourisme il devait bien y avoir une raison pour mettre cette matière à l'école.

    Avec les deux premières classes je suis parti sur deux questions: pourquoi on vit en ville, là , à M., entassés comme des cornichons, au lieu d'habiter tous dans de grandes villas à la campagne? J'ai plus ou moins pu retrouver avec eux les raisons de l'urbanisation. Pu revenir avec eux sur leur petit déjeuner pour savoir si le lait, les fruits et les céréales poussaient dans les supermarchés ou dans les arbres. Bon évidemment cette approche destinée à montrer que l"histoire et la géographie sont des clés pour comprendre l'évolution du monde, des Hommes, de la société, et pouvoir agir en acteur dans ce monde, a marché deux fois mais a echoué pour la troisieme (lassititude?)

    Je retrouvais en dernière heure les troisiemes...c'est un plaisir déjà quand 30 personnes se retournent quand on arrive et se mettent à chuchoter...au hasard je suis jeune...un autre plaisir quand le brouhaha va crescendo au début du cours...j'ai l'accent du sud et je parle vite! la première moitié du cours est rude, la deuxieme meilleure, malgré une introduction très mal improvisée du programme. La première guerre mondiale m'a sauvé, merci ma maitrise d'histoire militaire!

  • émois de rentrée, et moi deux rentrées...

    rentree_1195287451.gif"c'était pas à 8h30?"

    Comme tous les ans désormais, je me rendais ce matin à mon collège d'affectation. Le pas lourd, sortant du RER, j'arpentais les rues de M..., croisais heureusement une néo-tit qui errait dans le même but que moi. Entré dans la salle des profs, je pouvais assujetir la machine à café à mes pulsions matinales, procéder aux habituelles présentations de collègues...Encore une fois je suis arrivé à 8h30 alors que la réunion ne commencait qu'à 10h...n'ayant pris connaissance de mon lieu d'affectation que hier à 23h.

    " ca sert à quoi les syndicats en fait?"

    La première question d'une collegue stagiaire qui s'informait de mes engagements m'a laissé coi. Je sais que l'engagement connait une crise, mais chez une nouvelle prof je m'attendais à d'autres remarques. Au delà de la gestion des carrières, j'ai vaguement relaté les derniers débats qui traversaient l'éducation (formation des profs, statuts de l'enseignant, réforme du lycée...

    "ah c'est toi qui m'a pris mon poste?"

    ca c'est la petite phrase d'accueil en arrivant de la remplacante déjà sur place qui a beaucoup apprécié mon arrivée sur les classes qui étaient prévues pour elle...

    "mais vous faites combien d'heures?!"

    Première question que m'a posé ma principale. Réunion de rentrée, discours du chef d'établissement et traditionnelle présentation des nouveaux collègues (troisième fois pour moi!). Arrive mon tour..."vous n'avez que 12 heures chez nous, vous êtes rattachés à un autre établissement"? "Oui, j'effectue deux heures au lycée F.. où je m'occupe de la section européenne..." premiers remous, c'est un peu le but de vie des profs quadras de muter au lycée..."et le reste de votre service?" "j'ai une décharge syndicale de 6h"

    aaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh, grand soupir dans la salle, grosse bouffée de chaleur...silence du côté de la direction...effet similaire à l'entrée d'un commissaire politique dans une section du PCUS, à peu près...

    prise de connaissances avec les profs, évidemment un camarade de parti, j'ai l'impression d'être un franc macon...

    "vous êtes agrégé?"

    Je passe l'après midi à mon lycée. Alors que mes collègues du collège, où j'enseigne à des sixieme et à des 3eme, était féminin, et jeune, là il est mixte quadra voire quinqua. Paperasse au secrétariat..."vous êtes certifié ou agrégé?" Question classique dans ce type d'établissement où l'on peut arriver à une proportion moit-moit...non je ne le suis pas, puisque des que je suis ministre je supprime l'agreg...Je fais connaissance avec mes collègues , quelques informations sur la 1ère S que j'ai (13,5 de moyenne) et me perds dans M... pour revenir...

    "suivez moi jeune hom...EUH monsieur"

    ca c'est la secrétaire qui m'amene chez le proviseur adjoint. à quand le collegue qui m'appelle fiston devant les élèves...

    Et voilà, je suis chez moi, et je stresse, car je n'ai jamais fait de rentrée, avec des sixieme, je n'ai jamais fait de cours d'histoire en allemand, et je stresse, et je stresse, et je stresse...hier je nettoyais les poubelles de la maison des étudiants à La Rochelle, je discutais cordialement de la rentrée sociale, et ce soir je me rends compte que j'ai un métier, des chefs et des élèves qui s'attendent à un certain standing pour cette rentrée...

    Erreur de casting?

     

  • je suis un imposteur

    fbb7e2398e86cb7f92317ffc8ae92b76.jpgJ'ai fait ma rentrée. normalement. genre fourniture, discipline, programme...et le lendemain j'apprends que je dégage pour un nouvel établissement (quoi où je sais pas) avec 18h.

    donc imposteur pour les eleves, imposteur pour les collegues, tant dans mon ancien comme dans un nouvel établissement. élèves et collegues que j'appreciais déjà. remballe ton casier, remballe tes clés, et c'est reparti pour les formalités.

    vive le droit de réserve et vive l'éducation nationale.

  • au revoir la rochelle, bienvenue...viry châtillon!

    2b9e0e97c61080d4500879a134cb0f6b.jpgqu'est ce qu'on s'en fout de viry chatillon me direz vous. je vous dirais moi non c'est là où je travaille. pour l'instant. car la vie d'un TZR c'est d'abord  d'avoir toujours son baluchon noué pour être prêt à partir.

    viry chatillon donc. et pas vitry sur seine où j'habite. la banlieue parisienne. ses routes, ses commerces, ses quadruples voies. tres pratique sans retro (cassé par qqn qui était certainement idéologiquement impur).

    enfin je retrouve internet. des remarques sur ma vision de 1981. je ne renie pas les avancées sociales et sociétales qui ont montré que le PS pouvait changer la vie. mais je regrette qu'on est voulut installer le socialisme dans un seul pays genre le monde n'est pas globalisé et régionalisé. j'aimerais savoir aussi qui a fait une recherche "bisounours nazis" pour tomber sur mon blog. c'est interessant. et non je ne censure pas crouchout.

    enfin ma rentrée. jusque là ma rentrée d'élève ou d'étudiant c'était retrouver mes collegues. école/études: lieu de sociabilisation. là je n'ai retrouvé personne et j'ai même failli ne pas trouver d'élèves. je suis un BMP (les initiés comprendront que je ne suis pas une image difficilement telechargeable mais bien  un bouche-trou de luxe).

    demain premier cours. en cinquieme. je n'en dirais pas plus sur un college sympathique, mixte socialement. ni non plus sur mes collegues (90% de femmes, moyenne d'âge 25/30 ans).

    en revanche, j'aimerais m'étendre non pas sur un divan mais sur l'université d'été de la rochelle. diagnostic de la rénovation. devoir d'inventer. on a bien vu pourquoi on était la, reflechir, rénover inventer. et boire des coups au bar de l'encan, certes. mais quoi encore? mais boudiou pourquoi alors la seule chose qui a intéressé les médias c'était royal hollande delanoé? pourquoi les citations des médias n'ont rien à voir avec ce que nous avons entendu? "le monde" voit francois hollande nous expliquait que le grand soir n'aura pas lieu en manchette. mais sa discussion avec les jeunes socialistes avait un tout autre sens. elle était franche et ouverte. peut être trop courte. elle s'est posée la question des problèmes de la gauche. mais pas de cette manière.

    et pourtant l'information est filtrée, déformée, utilisée. cambadelis avait raison de ne pas regretter l(absence de certains qui a atténué l'effet koh lanta. dixit.

    toujours est-il que notre devoir d'inventer est véritablement indispensable. sur le moyen terme. maitre mot, alternative. tout commence par l'élaboration d'un concept, le socialisme municipal. je le préciserais même, battons nous pour une ville durable, juste et solidaire!

    à suivre!