Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

segolene royal

  • "trop d'impots, trop de complots, hoho..."

    vous ne connaissez pas l'hymne des jeunes populaires, le Mouvement des Jeunes Sarkozistes? à vous de le découvrir par une recherche google sur davidlimon ou monpaysfrance.mp3. vous y découvrirez de fabuleux refrains tels que "pour que tout le monde ait ce qu'il veut".

    Mon premier secrétaire (je suis possessif aujourd'hui) a ouvert la boite de pandore, il a parlé impots. et je le remercie du fond du coeur. c'est tellement facile de dire aux gens qu'on leur prendra moins de sous cette année. c'est plus difficile de dire: vous allez banquer et avec celà on va mettre en place des services publics efficaces pour assurer la solidarité nationale.

    Merci à toi, Francois Hollande, d'avoir voulu réhabiliter l'impot. Oui comme dirait eliane Bauduin, candidate PS aux législatives dans le grand biterrois, il faut prendre l'argent là ou il est. pas n'importe comment. la TVA est un impot injuste qui taxe tous les Français, pauvres ou riches. je pense qu'il faudrait plus la moduler, suivant les produits achetés. comme le remarquait Adrien, Mac donalds bénéficie de la TVA à 5,5%.

    L'impot sur les sociétés, que je ne connais pas très bien, est je crois basé sur la proportionnalité. alors donc les PME PMI payeraient autant que les grandes entreprises du CAC40? et non évidemment plus car elles ne bénéficient pas de ristournes. pourquoi pas une modulation de cet impot basé sur le développement durable? des bonus pour les entreprises qui investissent sur le long terme, redistribuent leurs succès à leurs salariés, et ne font pas trop de pression sur l'environnement?

    Je n'y connais pas grand chose mais le débat sur l'impot sur la valeur ajoutée me semble aussi un progrès pour cette discussion.

    l'impot sur les grandes fortunes est un abcès de fixation: la droite le réformera pour le vider de son sens sans le supprimer: elle a perdu en 1988 pour celà. est-il vraiment utile? je suis très sensible (forcément) à l'impot citoyen sur le revenu (IR + CSG) proposé par le projet du parti socialiste qui avec la suppression des niches fiscales, l'autonomie de la jeunesse (indépendance fiscale à partir de 18/25 ans, l'état prenant en charge l'insertion / formation de cette classe d'âge), la progressivité de la CSG, deviendrait un outil unique et simple de redistribution sociale. un outil non pas proportionnel, à petit taux, comme le projet d'impot kirchof qui n'a pas plu, en 2005, à des allemands encore attachés à l'économie sociale de marché, mais bien progressif!!! mais aussi universel: tout le monde paiera, même symboliquement, l'impot sur le revenu. cet impot devra être faible pour les classes moyennes, de plus en plus élevé pour les classes aisées. alors plus besoin d'impot sur la fortune.

    concernant l'impot sur les successions j'ai effectivement du mal à aller plus loin que 50%...mais pour moi, au delà d'un certain seuil à définir, (100 000 euros?) il doit être progressif, sans exception, et s'appliquer aussi aux donations du vivant.

    les impots locaux sont assez lourds, peu simples à comprendre, multiples, etc. pourquoi pas un impot des collectivités qui associé à une simplification des niveaux (communauté, département, région), mettrait en lumière les politiques locales?

    mais surtout un leitmotiv: des impots importants pour des services publics efficaces, des impots unifiés et simplifiés pour une démocratie saine et responsable, un budget LOLF transparent de l'état et des collectivités pour en finir avec la démagogie.

    14 janvier 2007

  • Un nouveau rêve français? chiche

    medium_mitterrand.jpgmon blog a un peu souffert ces derniers jours , passés à bouffer des sandwitchs avant le jour fatidique. j'en profite pour faire une dédicace à toutevéritéestbonneàdire qui a un flair impressionnant en politique, je mettrais bientôt en ligne un logiciel où vous pourrez lui botter le cul online.

    J'engage par ailleurs tous mes camarades à placer des photos d'Eric Besson dans leurs toilettes;

    LA PARTICIPATION de dimanche fait chaud au coeur. Ségolène Royal s'est qualifiée haut la main pour le second tour. mais. la majorité des électeurs a voté pour des candidats de droite. La gauche est mal en point. J'en prends acte. mais contrairement à d'autres je ne pense pas:

    1/ que l'exil ou le suicide soit necessaire

    2/ qu'il faille rejoindre la droite

    3/ qu'il faut faire une grande alliance des  gens qui sont vaguement contre la guerre et pour le bonheur sur terre pour vaincre les forces du mal

    mais...les clivages bougent. un clivage disparu à la fin du XXème siècle, resurgit. c'est le clivage républicain / anti-républicain selon les critères de 1789, quand le délit de sale-gueule, la liberté de la presse, les droits de la défense sont remis en cause par le candidat sortant. Il bouscule tout. et il nous amène à devoir définir une nouvelle gauche apte à battre une nouvelle droite. une nouvelle gauche qui devra être majoritaire. à la fois progressiste, humaniste, crédible mais aussi ambitieuse: la situation internationale,  écologique, économique, necessite une alternative sociale et démocratique. A nous de la construire en France, en Europe, dans le Monde, à nous de peser pour que l'Etat ait les moyens d'assurer la solidarité et la justice sociale dans tous les territoires. à Nous d'assurer un développement soutenable partagé par tous les continents. La gauche de papa est morte, vive la gauche qui transforme la société, ici et maintenant, au XXIème siècle!

    Cette nouvelle gauche est ouverte. elle a des principes généraux et généreux, elle rassemble les forces progressistes et républicaines, de la démocratie chrétienne aux communistes en passant par les verts et les socialistes. Elle ressemble, vous l'avez compris, au gouvernement de 1944. Car aujourd'hui aussi nous sommes en guerre. L'ennemi, le camp adverse,  c'est une droite décomplexée qui détricote les liens sociaux, met à genoux l'état, met en concurrence tous les domaines de la société, accentue les injustices et les discriminations.

    le 6 mai, je vous appelle à battre cette droite en glissant un bulletin Ségolène Royal dans l'urne!

  • parce que nous allons gagner!

  • avril: la fin de toutes les impostures

    medium_meeting_montpellier.JPGHollande déchire en meeting c'est un fait. On se sent de suite bien inspiré pour dénoncer toutes les impostures de la campagne. Pour démasquer les comiques. Pour revenir à l'essentiel, les projets de société.

    première imposture: les sortants. Le candidat de l'UMP est soutenu par les ministres du gouvernement actuel (à part deux qui ont rejoint bayrou), par le président Chirac, par le parti majoritaire à l'assemblée depuis 5 ans. comment peut-il oser vouloir représenter la rupture alors qu'il était N2 du gouvernement depuis 5 ans? La continuité c'est Nicolas Sarkozy, le changement c'est Ségolène Royal!

    deuxième imposture: le bilan! on truque les chiffres de la délinquance en multipliant les mains courantes mais même ainsi les chiffres tombent et déchirent le bilan sarkozy: les actes de violence sont en hausse. On baillonne l'INSEE et on l'intimide pour que cet organisme ne publie pas ses statistiques, mais eurostat n'est pas aux ordres et martelle ce qui saute aux yeux de tous les Français: le chômage est en hausse. La précarité s'installe, les 2/3 des contrats signés sont des CDD et des INTERIM. la France est le premier pays d'Europe...pour le chômage! le déficit commercial est...fantastique, incomparable! c'est bien la seule occasion d'employer de tels qualificatifs pour ce gouvernement.

    troisième imposture: le centre-droit. Bayrou ne sait plus d'où il vient (ni où il va) l'ami de VGE, de Barre, le ministre de Balladur et de Juppé est amnésique. on le croyait soutien de la droite dans les précédents gouvernements, on le retrouve flibustier, aventurier, candidat autoproclamé des anti-systèmes...on le croyait président d'un parti de notables à Paris, on le retrouve agriculteur dans le Béarn!

    quatrième imposture: l'extrème droite. plus forte que vous ne le pensez. parce que la défiance envers la politique est forte dans le pays. avec ségolène royal, nous voulons rénover la politique par une dose de proportionnelle, le mandat unique, l'initiative populaire, les droits du parlement. Avec Le Pen, on craint une autre France. finie la solidarité avec la suppression de l'impot sur le revenu. finie la tradition d'accueil et de tolérance avec la préférence nationale inscrite dans la constitution. C'est une France défiante, sécuritaire, qui émergerait. Nous n'en voulons pas.

    cinquième imposture: l'extrème gauche. plus à gauche que moi, tu meurs, ca ne coute rien quand on ne veut pas gouverner. Comment être crédible quand on ne fait qu'abonder le programme du parti socialiste, en rajoutant des zeros. Comment être crédible, face aux gens qui souffrent et qui savent qui institutionnalise la précarité dans le pays; quand on se trompe d'adversaire. L'extrème gauche doit choisir la cohérence et la responsabilité pour être respectée et crédible.

    sixième imposture: la démocratie d'opinion. les sondages ne sont pas révélateurs: il faut 10 appels pour une réponse, on ne compte que les fixes mais combien en France, moi y compris n'ont pas de fixe? L'accueil qu'on nous réserve dans les rues, c'est l'espoir, d'une vie meilleure, d'une gauche qui retrouve les grands combats sociaux, mais pas encore la confiance que nous devons gagner. les médias nous présentent deux candidats, sarko-sego, alors que c'est deux projets de sociétés, cohérents, mais tellement différents, qu'il faudrait mettre au devant de la scène.

    pour cette dernière ligne droite de la campagne,

    à bas les masques!

    http://ps-vlm.over-blog.com/album-352596.html