Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

travail

  • Libérons le temps!

    143_coloriage_escargot.gifLe temps libéré, c'est une thématique qui, dès qu'elle est évoquée, entraîne des petits rictus railleurs, chez les jeunes socialistes. Pas par dérision: la conquête du temps libéré est pour nous une conquête sociale essentielle, un élément central de notre projet de société. Mais tout simplement, le temps libéré, on n'en parle beaucoup et on en profite peu! Mais ce n'est pas le débat. J'ai une formation sur ce sujet samedi, quoi de mieux pour la préparer qu'un article?

    Le temps libéré, ce n'est pas seulement la réduction du temps de travail. Ca n'est pas non plus le temps libre. C'est le facteur d'inégalités le plus criant, le plus scandaleux, et le plus exaltant à combattre que connaissent nos sociétés contemporaines. Tout le monde ne profite pas de la même manière du temps qu'il reste, au delà des contraintes physiologiques que constituent notamment le sommeil, du travail, des transports, des tâches domestiques, il nous reste environ 4 heures 30 par jour en moyenne. Et je suis heureux de vous apprendre que 2h10 de ce précieux temps sont gaspillées devant la télévision!

    I/ La réduction du temps de travail

    La réduction du temps de travail s'est faite tout au long du XIXème et du XXème siècle. Elle est le fruit d'une longue évolution: à l'époque médiévale et moderne le temps de travail est réglementé par les jurandes, et le christianisme offre gentiment 80 jours fériés aux travailleurs, dimanches compris. (http://www.france-pittoresque.com/metiers/53.htm)..Soit presque plus que les congés payés. La révolution française supprime les jurandes qui empêchaient l'essor du capitalisme industriel, et tous ces droits seront à reconquérir. Réglementation du temps de travail des enfants et des femmes se succèdent dans les pays industrialisés., notamment dans les années 1840 à 1870. Le mouvement hygiéniste, puis les mouvements sociaux amènent l'état à réglementer le temps de travail: Les plus importantes sont la loi Millerand de 1900 qui limite le temps de travail hebdomadaire à 10 heures ou la loi de 1906 qui instaure un jour de congé hebdomadaire. La journée du 1er mai est aussi la commémoration de la repression d'une manifestation de travailleurs, à Chicago, en 1889, pour obtenir la journée de 8 heures!

    La réduction du temps de travail devient une des principales revendications des syndicalistes et des socialistes. Les socialistes la réduiront à tous leurs passages au pouvoir: 1936 (40 heures), 1981 (39 heures), 1998 (35 heures). Cette réduction est allée de pair avec une formidable augmentation de la productivité, qui va des effets du café à la lumière artificielle. Elle a toujours été combattue par le patronat et ses suppots économistes depuis la révolution française, et les gouvernements de droite n'ont eu de cesse de détricoter les avancées sociales pour permettre aux entreprises de contourner les limitations quotidiennes ou hebdomadaires, ou les temps de pause.

    II/ Débats politiques et sociaux sur le temps de travail et le temps libéré

    Cette réflexion pose évidemment la question de la place du travail dans la société, mais pas seulement, elle s’intéresse transversalement aux temps de la vie, mais c’est aussi une réflexion sociale sur la démocratisation du temps choisi. Ces débats sont l’objet d’un clivage entre la gauche et la droite, qui, pour cette dernière, a, pour l’instant, gagné la bataille idéologique sur la « réhabilitation de la valeur travail » à l’occasion des dernières élections présidentielles.

    Le socialisme s’est toujours intéressé à l’organisation du temps libéré, comme symbole de l’émancipation de l’homme, libéré du travail aliénant, cherchant à maitriser son temps. Organisation des loisirs et des sports par le sous-secrétaire d’état Léo Lagrange, création des congés payés par Leon Blum ou encore création de la fédération Léo Lagrange par Pierre Mauroy…Jusqu’où aller en terme de réduction du temps de travail ? Comment se servir de la croissance de la productivité du travail (On produit en 2000 20 fois plus en deux fois moins de temps qu’en 1880 !) pour réduire la durée de ce dernier ? Face au temps libéré, les inégalités sont nombreuses : 4h par jour pour les hommes, 2h pour les femmes (répartition inégale des travaux domestiques oblige). Ce débat devient de plus en plus urgent alors que la mondialisation et néo-libéralisme font du travail le seul but d’une vie, en l’individualisant de manière profonde, en mettant en concurrence les salariés entre eux, en les précarisant avec pour seul objectif les profits d’une croissance très discutablement calculée.      

    III/ Propositions pour une société éducative du temps libéré 

    « Travailler moins pour travailler tous » : En France, 19 millions de personnes travaillent à temps plein, 4 millions sont chômeurs et 3 millions à temps partiel. Avec la mise en place des 35 heures, le temps libéré est passé devant la télévision pour les plus pauvres qui ne peuvent partir en vacances ou accéder aux activités culturelles ! Notre projet pour une semaine de 32 heures en 4 jours. Pas quelques minutes en moins mais bien une demi-journée pour faire basculer radicalement la société dans le temps libéré et toutes les activités nouvelles  et richesses sociales qu'il créera! Il faut continuer la réduction du temps de travail, pas seulement techniquement pour réduire le chômage, pas non plus uniquement pour développer les activités de loisirs, mais bien pour promouvoir un nouveau modèle de société reconnaissant le primat du temps libéré et réalisant sa démocratisation…Comment? En permettant un accès gratuit aux activités culturelles, sportives, mais pas seulement. En créant et en financant un véritable droit aux vacances, pas seulement au départ mais aussi sur place! En créant un désir de culture et d'activités sportives en organisant mieux les rythmes scolaires, en utilisant au maximum les objectifs transdisciplinaires du socle commun de connaissances et de compétences du collège.

      évolution du nombre d'heures travaillées par an

    reduc temps travail.jpg

  • des politiques soi-disantes "réformistes": marché du travail, réforme pénale, plan banlieues

    e7cf6b052c498069f2eac547e886cd71.jpgLe président en baisse dans les sondages? ca s'appelle la fin de l'état de grace. Pour autant il est encore là pour 4 ans et demi. à nous écoeurer avec son goût du luxe, avec ses petites mesquineries comme demander son salaire de ministre de l'intérieur jusqu'en décembre!

    et les réformes tant attendues par les déclinologues, soi disant experts economiques d'une France qui a peur de la mondialisation? On depenalise des pans entiers du droit des affaires notamment en matière de corruption...et d'un autre côté on créé des centres de rétention pour ne pas relâcher des gens qui ont purgé leur peine!

    réforme du marché du travail? le terme de marché est assez expressif. le MEDEF prend les salariés pour des poireaux et des navets. la précarisation des contrats avance de manière incidieuse. Je dénonce des syndicats qui ne se donnent pas les moyens de négocier...

    plan banlieues? on le reporte! (pas de chance je préparais déjà une réaction sympathique). on s'interesserait dorénavant aux personnes et pas aux territoires. je le regrette car beaucoup de géographes ont bien étudié les phénomènes de relégation spatiale. La banlieue, c'est un problème et une solution d'espace, de territoire où on doit "rétablir la république" par les services publics de proximité, des logements décents, des transports réguliers et une police de proximité! mais je salue Christine Boutin qui a raison de parler de centre-villes dégradés. dans toute la France, on constate cette dégradation.

    La vie privée ne peut cacher un bilan politique très contestable, M. le président. Vous et vos riches amis vous intimidez les médias d'opinion. Ce n'est possible ni pour les blogueurs, ni pour les médias étrangers qui s'en donnent à coeur joie sur la monarchie républicaine. accrochez -vous, l'orage arrive!

  • le vrai parti du travail, c'est la gauche!

    d58ef407344e202bb4508a1c43072e58.gif"réhabiliter la valeur travail" ? moi je signe, qui a envie de se dire fainéant? Mais quelle vaste supercherie!  Le parti du travail, de la défense des travailleurs, des revenus du travail contre les revenus du capital c'est la gauche! pas la droite! c'est la gauche qui a augmenté les salaires, le niveau de vie général de la population, l'accès aux loisirs, l'esperance de vie! C'est la gauche qui en 1936, en 1981, a fait du monde du travail un espace démocratique encadré par des règles visant à établir l'égalité et la dignité des travailleurs!

    NDP doit s'en rappeller! Notre Divin Président ne peut se cacher derrière les élans lyriques et classiques de la vieille droite française qui voudrait "que la France retrouve le gout de l'effort". j'éviterais de vous dire qui a dit ca.

    vouloir déroger à la durée légale du travail ce n'est pas réhabiliter la valeur travail! c'est défendre un travail abrutissant qui laisse peu de temps pour la vie de la cité, la vie de famille...la vie! et défendre quoi? l'exploitation sans règles de l'homme par l'homme, le dogme du profit!

    Mais le travail c'est bien! Un travail choisi, espace social, espace d'engagement, pour lequel on est formé, c'est le pied! Avoir une utilité, un rôle dans la société et l'économie pour s'épanouir c'est le pied!

    Bon après, les morts de Fourmies, de Carmaux et de la commune de Paris doivent se retourner dans leurs tombes. les batailles du XIXème siècle pour la dignité des travailleurs sont remises en cause. au bénéfice de boursicoteurs amateurs de sensations fortes et de main d'oeuvre bon marché et non syndiquée. au bénéfice de spéculateurs aux investissements fugaces qui désorganisent l'économie d'une mondialisation financière qui court à sa perte.

    Alors chers camarades, battons nous pour le travail! Proposons haut et fort une autre vision, un autre monde du travail!

     

  • "à bas les partageux!!!!"

    medium_IMGP0212.jpgLa droite revient à ces grands classiques des "partageux" qui veulent un pays d"assistés"...alors moi aussi, qui aujourd'hui, agonisant par le nez(merci à Lucille pour la sinusite hèhè), je fais mon partageux et je partage...mes cours, car à deux jours de la rentrée je viens de me souvenir que mon boulot, c'était pas chef de campagne!

    Qu'est ce que je mets en ligne?

    D'abord des fiches de travail pour faire travailler les élèves de seconde sur le chapitre "nourrir les hommes" avec des questions sur deux documentaires canadiens sur l'érosion. Attention le fort accent canadien risque de faire rire les élèves. Fiche_de_travail_NOURRIR_LES_HOMMES.2.doc mais aussi une fiche de travail sur le chapitre "l'eau entre abondance et rareté", par l'étude d'un documentaire du dessous des cartes sur "les grands barrages" du kurdistan mis en ligne sur le site arte.fr Fiche_de_travai_les_grands_barragesl.2.doc

    Ensuite, des documents intéressants à plusieurs titres: un sur l'affirmative action (pour l'ECJS seconde ou la cinquième) n_7_-_discr-posit-affirm-action.doc, un autre sur le rapport de jury des sections européennes, pour ceux qui, comme moi, préparent la certification DNL (enseigner l'histoire géo ou une autre matière dans une autre langue) sections_europeennes.pdf

    Un super article mais un peu long que je compte bien utiliser pour le chapitre sur les risques, contant la catastrophe de Bhopal: CatastrophedeBhopal.doc

    Quelques petits éléments méthodologiques, ca peut toujours servir: correction d'une réponse organisée sur l'enjeu de l'eau avec des éléments méthodologiques Correction_synthese_l_eau.doc, mes dossiers ECJS pour le premier trimestre ECJS.doc et du deuxième trimestre ECJS_deuxieme_trimestre.doc, et un petit module sur l'entrainement aux exercices d'argumentation : MODULE_ARGUMENTATION_02.doc...

    et à la fin de l'année je mets toutes les séquences en ligne! youhouuuu!