Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

urbanisme

  • Centre-ville de Béziers: la droite piétine et s'affolle!

     allees-paul-Riquet.jpgLa droite municipale fait des cauchemars depuis quelques mois. Humoristes des radios locales, riverains, touristes: tout le monde se rend compte que le centre-ville de Béziers se meurt. L'agressivité des élus de droite en conseil municipal ne peut masquer leur affollement.

    Le rapport développement durable présenté au conseil municipal du 28 novembre était étonnant: d'abord il évoquait le Grenelle 2 dont les principales lois sont remises en cause (fiscalité écologique notamment). Ensuite, il prônait le développement maitrisé de l'urbanisation (quand le maire inaugure un immense quartier sur le pech de Fonseranes) et veut rendre le centre-ville plus dynamique...en crenelant la cathédrale et en installant des lampadères sur les allées!

    Enfin, le Programme National de Rénovation des Quartiers Anciens Dégradés annoncé en grande pompe se révèle assez décevant. Manque de cohérence avec le PRI et l'opération "coeur de ville", mais aussi manque d'ambition: 200 logements rénovés c'est trop peu! Comment peut-on revenir sur les mauvais choix de la droite quand M.Couderc investit plus pour l'aménagement de l'Hours que pour la rénovation du centre historique? De toute urgence, il faut un projet urbain pour Béziers, alliant multipolarité et densification. 15 ans de droite, ca suffit!

     

  • Il faut sauver le centre-ville de Béziers!

    beziersA.jpg17h. C'est le lendemain de Noël, il fait froid. Peu de monde dans les rues commercantes du centre de Béziers. Les ouvriers démontent les 4 boutiques du marché de Noël. Quelques passants s'attardent. Je suis surpris, depuis ma dernière venue en novembre, le bar du grillon, où j'avais passé quelques soirées a disparu, remplacé par un livreur de pizza. La grande artère de Béziers, les allées Paul Riquet,  n'abrite plus que 3 bars, les autres ont fermé. Dans les rues que je traverse avec Anthony, responsable local du MJS, beaucoup de logements ont une pancarte "à louer", "à vendre". Les murs décrépis, les voies défoncées, donnent une impression d'abandon et d'isolement. Des ombres nous dépassent: il n'y a quasiment plus d'éclairage. Nos discussions sont mornes: tel ou tel commerce fait l'objet de licenciement économique, telle boutique est en liquidation totale...

    Qu'arrive t'il à ma ville natale? Comment la deuxième ville de l'Hérault peut-elle voir mourir sans émoi son centre historique? La ville des Trencavel, la cité de St Nazaire, la métropole viticole du XIXème siècle qui voyait surgir de prestigieux immeubles haussmanniens voit son coeur dépérir et regarde ailleurs. Pourquoi? Parce que depuis 1995 la droite gère la ville. Depuis 1995 la ville s'étend à perte de vue, de nouveaux quartiers apparaissent (Fonséranes, Poumeyrac, Gasquinoy, Montimaran) tandis que le centre-ville se dépeuple: Une part importante des logements restent vides, bientôt insalubres. Qu'est ce que cette politique d'urbanisme? Les quartiers du vieux centre-ville (capnau, St Nazaire, St Jacques) deviennent des ghettos de pauvres tandis que les nouveaux quartiers résidentiels sont sécurisés, comme aux EU, et ressemblent...à des "ghettos de riches"! Les inégalités sociales s'exacerbent. Le centre-ville perd son attrait, les gens restent chez eux; pratiquent le "cocooning", le vivre-ensemble se réduit, limité aux centres commerciaux. Les petits commerces ferment, tandis que le projet de centre commercial du carrefour de l'Hours amène la fermeture des dernières boutiques du centre. Ce projet va renforcer l'incohérence de l'offre commerciale et ludique dans le Biterrois. Partout des immeubles s'élèvent et restent vides, construits par des promoteurs alléchés par la loi de Robien de défiscalisation.

    La commune de Béziers a vu sa surface urbanisée et aménagée quasiment doubler depuis 20 ans. De manière anarchique, inadaptée, incohérente. La création à foison de zones commerciales nuit à leur visibilité économique. L'éloignement des quartiers résidentiels pose des problèmes de congestion et de pollution dus aux déplacements en voiture croissants, il est curieux que le sénateur-maire, géographe de formation, n'y ait pas songé. De plus, la zone inondable sur la rive droite de l'Orb s'urbanise. à la première crue de l'Orb, le ruissellement sur les zones bétonnisées entrainera une inondation. Et la droite accusera sans doute l'inconstance de la nature. L'UMP biterroise est bien cynique dans sa gestion des risques naturels. Plus encore quant il s'agit du centre-ville. Le prix d'excellence décerné par la ministre UMP du logement au sénateur-maire UMP de Béziers ne trompe personne pas plus que la campagne de communication "coeur de ville, coeur d'échanges". Face à cette crise latente, la gauche doit réagir. Si elle ne le fait pas, d'autres le feront!

  • Ile de France: au coeur de la France

    522abf9df62413338be2c137a9baacb9.gifBizarrement cette Région a de plus en plus d'attraits pour moi. je vous rassure, rien n'efface dans mes souvenirs les paysages verts et marrons des vignes du Bas-languedoc que je compte bien revoir rapidement. Mais après tout, vivons en Ile de France et parlons-en!

    Cette terre capétienne! Tous les noms des stations de RER évoquent une histoire médiévale, riche en faits d'armes des premiers rois capétiens. Mais aussi Pontoise et Dourdan, chers à Philippe le bel, Provins, cette foire commerciale, ex-champenoise, ou encore la forêt de Sénart et les chateaux de Fontainebleau et Rambouillet, tout évoque les Capétiens et j'aime humer ce parfum d'histoire.

    Cette terre centrale, favorisée par la nature! La nature, d'abord, a richement arrosée cette Terre de France, bordée au nord par la Picardie et le Valois, à l'est par la Normandie (et ce Vexin tant disputé), au sud par la Beauce, à l'ouest par la brie et la Champagne....cette terre arrosée de tant d'affluents (où je ne me baignerais pas aujourd'hui) a placé en son centre Paris, au confluent de la Marne et de la Seine, pour mieux la desservir. Elle ne se doutait pas que cette situation avantageuse serait utilisée par la France entière.

    Car économiquement, comme la Californie, l'Ile de France est une puissance mondiale. par son PIB, sa concentration de cadres, professions intellectuelles, médias, et sièges sociaux, c'est une véritable métropole. au détriment, et je le regrette, des autres villes et régions françaises.

    Quel est l'avenir de cette région?

    La France doit en parler. Pourvoir à l'émergence d'autres métropoles (Lyon, Strasbourg, Lille) européennes, tout en ne laissant pas en état de congestion une région parisienne si puissante. La solution, c'est d'organiser ce territoire! Zones d'activités bien réparties à 50 voire 100 km de la capitale, bien reliés par des moyens de transports rapides. La création de pôles tertiaires dans les préfectures de l'ïle de France pour favoriser la délocalisation de sièges sociaux voire de ministères. L'organisation d'une ceinture et d'une trame verte, complétée par un plan d'enterrement de routes effrayantes par leur foisonnement quand on arrive en région parisienne...voici quelques idées d'un apprenti géographe!

    Comment ne pas parler des banlieues? Les services publics doivent être repensés comme ferments de proximité, les politiques d'éducation et de logement assujetties à un objectif indépassable de mixité sous peine de dérive communautariste.

  • Le malaise des villes moyennes

    2e0c9f3921efa3a658c6b3f8965426f8.jpgparticulièrement impliqué dans les élections municipales à Béziers, ville de 70000 habitants, je ne peux qu'être désemparé devant les problèmes des villes moyennes. envie de jouer dans la cour des grands mais sans les moyens qui vont avec. envie d'offrir des perspectives à une jeunesse qui part dans les grandes villes sans avoir la possibilité de construire les infrastructures culturelles, éducatives necessaires.

    Les villes moyennes sont caractéristiques de la "province", comme on se l'imagine à Paris: indolence, peu de cadres et de professions intellectuelles, petites histoires locales. elles offrent pourtant d'immenses possibilités de maillage du territoire. ce sont des villes à taille humaine. il ne faut pas les mépriser. parlons de Béziers. les premiers employeurs sont la ville et l'hopital, suivis par les supermarchés. c'est le symbole d'une ville de consommation et non de production où le vrai centre-ville est le centre commercial. c'est grave, pour le vivre-ensemble, la mixité sociale, et l'avenir des jeunes.

    regardons St Quentin et Amiens (où j'étais ce matin), Alès ou encore Narbonne que je connais mieux: aucune politique cohérente et raisonnée de développement dans ces villes de droite. on refait les trottoirs, on met des fleurs aux rond-points, on construit de ci de là une médiathèque, une zone commerciale...ces villes dorment.

    j'ai une véritable passion pour ces villes. une meilleure gouvernance servirait la croissance française. cette meilleure croissance s'appuierait sans doute sur l'annexion de villes voisines pour en faire grossir la taille critique comme on l'a fait en Allemagne. elle s'appuierait sur des regroupements de com d'agglos pour favoriser les grands investissements, sur des aides de l'état fléchées vers les projets cohérents de développement économique et social qui intégrent une certaine valeur ajoutée, de production, pour la ville, alliant entreprises, recherche, éducation, développement durable et tissu associatif.

    Pour béziers, j'y travaille!