Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vie perso

  • décider pour les autres...ma vie, mes classes!

    833980240.jpgConseil de classe - campagne de l'Essonne - 18h30.

    Arrivé il y a trois semaines dans mon nouvel établissement, je participe aux conseils de classe avec peu de choses à dire. pas d'appréciations, pas de notes, je m'attends à faire figuration. Introduction du chef d'établissement, synthèse du professeur principal, tour de table, CPE, élèves et parents...c'est alors que j'entends, très distinctement dans le brouillard de ma longue journée et de mes douces reflexions. "les questionnaires rendus par les parents d'élèves nous indiquent que les élèves sont très contents du dernier cours du professeur d'histoire consacré à la méthodologie". Sourires amusés de mes collègues. Le prof de français aussi recueille des lauriers pour son choix de livres.

    Mais moi?

    Alors ca, si je savais que pour ce conseil, les felicitations du conseil, c'est moi qui les aurais...

    Un conseil de classe, c'est drôle. Surtout si des profs facétieux s'amusent à placer des mots. Mais au delà de l'ambiance il y a des choses terribles qui se passent. en 2mn, la vie d'une personne se décide. quelques résultats, un vague projet, des propositions familiales et le couperet de l'avis du conseil de classe tombe. orientation en seconde, en voie professionnelle ou redoublement? C'est une vie qui se décide. Alors que les dossiers passent aussi vite qu'à la chaine de l'usine. Une décision qui mériterait des années de réflexion et de préparation est prise en quelques secondes. Et parfois, on tranche. Cette élève, par exemple, qui a des notes modestes, des difficultés familiales, et qui a un projet, devenir institutrice. Au vu de ses résultats, l'échec en seconde est assuré. La voie professionnelle, elle n'en veut pas, pourtant elle y serait allée...Si en nous regardant autour de la table, entre collègues, nous n'avions pas senti que nous ne pouvions pas faire ça. Pas la voie de garage, pas l'impasse, pour celle-la. Et le redoublement, quasiment interdit par l'académie, a été décidé.

    Mais tant d'autres cas qui passent, d'adolescents perdus dans leur recherche d'eux même, qui n'ont pas réfléchi et qui iront là où on leur dira d'aller. à 13ans, 14 ans, leur vie est décidée. Et j'enrage, j'enrage vraiment car je sais qu'en rentrant en sixieme, leur vie était déjà décidée. Et quand j'aurais envoyé mon 200eme élève en bac pro comptabilité, alors qu'il n'en veut pas, est-ce que je serais blasé? Est ce que je songerai à tout ca? J'espere.

    J'ai épluché les dossiers de mes sixieme de mon dernier remplacement, dès le CM2, les lacunes apparaissaient, l'écart se creusait avec les autres élèves...pas de suivi, pas de deuxieme chance, pas de rattrapage, pas de perche tendue pour sortir du gouffre, notre système éducatif est bien cruel.

    Et moi aussi je suis bien cruel. Vous ai-je présenté mes classes? Ma cinquieme agitée de professeur principal? Ces 3 élèves qui me gâchent la vie par leur insolence et leur refus de travailler? Ou tous ces autres que je retrouve en aide aux devoirs, adorables, et qui me font regretter d'avoir préparé une interro surprise pour demain? Et vous ai-je présenté ma cinquieme gentille? là où l'on bosse, où l'on sourit, où l'on se repose quand on a trop écrit? Et ma troisième blasée? Cet élève qui me prend de haut? Dont j'ai la lettre d'excuses dans la poche? Et ma troisième préférée? Ces élèves qui me rappellent MA seconde de l'an dernier? Quand on fait cours détendu qu'on avance vite et qu'on a du répondant? Et vous ai je parlé de mes 3ème fainéants? Réputés dans tout l'établissement. Moqués par les professeurs car ils ne parlent pas. Ce qui énerve parfois. Mais s'ils manquaient de confiance en eux? Ils sont très gentils en tout cas.

    Voilà mes nouveaux élèves. Et tout va bien. Tout va bien dans la vie, et tout va bien dans l'engagement. On m'en propose d'autres d'ailleurs. Dans le syndicalisme. Mais déjà, j'ai des projets à achever. La gauche. L'Europe. Et ceux-là sont prioritaires.