Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

villiers le bel

  • des banlieues et de la France

    6b2929511880acf29a9362042ea3b831.jpgle drame de villiers le bel et les violences qui ont succédé ne sont pas qu'un bon sujet pour des médias amateurs de feu et de sang. c'est un problème politique, social et géographique. c'est un problème de relegation et d'insertion. ce problème a des racines profondes. en matière de logement, on paie  une politique de construction et de zonage qui n'a pas été assez mixte. en matière d'urbanisme, on paie la constitution de grands quartiers d'habitat social à l'écart des voies de communication et dee centres villes. en matière de services publics on paie l'absence de services publics de proximité qui doivent entrer en réflexion dans la famille socialiste.

    nous payons des politiques publiques néfastes, assurées dans les années 60, dans l'urgence pour accueillir des centaines de milliers de nouveaux locataires (familles nombreuses du baby boom, immigrés, rapatriés) et pour répondre à l'insuffisance de l'offre de logements immense depuis la seconde guerre mondiale.

    ce malaise éclate dans les années 80, notamment aux minguettes en 81. la réponse des pouvoirs publics? à droite des zones franches qui ont eu des résultats limités au point de vue économique, à gauche des politiques de rénovation et d'aide aux associations qui n'ont pas assez pris à bras le corps le problème de l'accès aux services publics et du chômage.

    il faut des réponses nouvelles pour cette crise républicaine, à la croisée des inégalités sociales et géographiques.